Sens de lecture

Sens de lecture

Une de mes campagnes coup de coeur en 2013 est celle réalisée par DDB pour le compte de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme, pour dénoncer ce fléau qui toucherait plus de 3 millions de français, et décrété “grande cause nationale”.

Cette campagne reprenait les codes habituels de communication de certains produits ou certaines marques, en associant :

  • des visuels de produits de consommation courante bien valorisants,
  • une accroche peu présente et volontairement réduite pour forcer la lecture (c’est le but), et récurrente à quelques variantes près : “Plus de 3 millions de Français resteront hélas persuadés qu’il s’agissait d’une publicité pour…”,
  • un chiffre, qui instinctivement évoque une remise commerciale,
  • des logos à peine détournés, laissant penser qu’il s’agissait de “vraies” publicités pour ces produits.

Indépendamment de son objectif pédagogique, cette campagne montre aussi que l’essentiel du message publicitaire est aujourd’hui basé sur le produit, ou plutôt sur l’image du produit, telle que véhiculée par la publicité.
Et assez peu sur l’argumentaire et les avantages du produit lui-même…